lundi 7 octobre 2013

La grossesse

Ou l'art de se transformer en sumo ...

Dans "grossesse, il y a "grossir", on le sait, c'est une fatalité et on ne peut rien y faire. Dans les magasines ou dans les films, les futures mamans ont le teint frais, les cheveux soyeux (y passer sa main suffit à les coiffer), des jambes longues et fines, une belle poitrine et un joli petit ventre doux comme une pêche. Oui mais voilà, la réalité c'est pas ça, et on y est bien moins préparée : le teint est beaucoup moins frais après avoir passé sa matinée dans la cuvette des toilettes, les résidus de vomi collés aux cheveux font des dreadlocks (ce qui peut être sympa, mais beaucoup moins soyeux pour le coup), on a l'impression que nos jambes ont raccourci pour gagner en circonférence, elles sont gonflées et notre délicate cheville est un souvenir très lointain. Quant à la poitrine, on en parle? Oui, alors qu'on arrête tout de suite de se mentir, le fantasme de la femme enceinte avec de gros seins bien fermes et haut perchés, ça n'existe pas. Non, en réalité, ça ressemble plutôt à un réseau autoroutier imprimé sur un parchemin qui aurait pris l'humidité.
Grâce à tout ça (et surtout à nos belles jambes saucissonnées dans des bas de contention) (so glam, n'est-ce pas?), on a plus de mal à se déplacer. Non je rigole. On n'a pas "du mal", on galère carrément. Autant être clair, votre arrière grand-mère (même amputée) et son déambulateur vous battrait les doigts dans le nez (enfin juste les doigts d'une main, l'autre doit rester sur le guidon). En plus de ça, à l'arrivée, elle n'aurait pas l'air d'avoir couru le marathon, les cheveux collés sur le visage grâce à une transpiration excessive. Vous, si.

Mais tout ça, on le met de côté dès que quelqu'un nous dit "qu'est-ce que c'est beau, une femme enceinte". Alors là, on sort notre plus beau sourire, on oublie qu'on est allée faire pipi quatorze fois en dix minutes, on essuie le petit bout de vomi qui s'est niché dans le coin de nos lèvres, on cache le sachet de pharmacie dans lequel se trouve une crème anti-mycoses et on lui dit que c'est vraiment ce qu'il y a de plus merveilleux, de porter la vie en soi.



Mais pas de panique, on se souvient vite de tout ça quand on va à notre rendez-vous chez le gynéco et qu'il nous dit, d'un ton sec et agacé: "Il va peut-être falloir penser à manger un peu moins".




Laurie, grosse future maman épanouie