dimanche 3 novembre 2013

Péri or not péri ?

Le titre t'annonce déjà la couleur.

A quelques semaines à peine de la date fatidique, je m'interroge. La douleur, CETTE douleur, on ne la connait pas tant qu'on ne l'a pas vécue. Je peux essayer d'imaginer: une fracture, les règles + une bonne gastro, un écartèlement, une amputation. J'essaie, mais je n'ai connu que deux de ces cas (à toi de voir lesquels, dur dur!) donc pas facile de savoir comment je vais réagir face à ça.
Les cours de préparation à l'accouchement te détendent beaucoup, petits coussins et matelas douillets, on te parle d'épisio et d'allaitement, on t'apprend à bien pousser, mais que dalle, le jour J, tu te diras que les sage-femmes (qui n'ont pas eu d'enfants) qui te disaient qu'en respirant, tout se calme, c'était surtout pour pas t'angoisser!
Nan, en vrai je pense que le travail sur soi, le "self control" comme on dit, ça aide beaucoup. Encore faut-il y arriver!
Donc la péri, il y a le pour et le contre. Pour y voir plus clair, je vais lister:
POUR LA PÉRI:
• Ça existe et c'est pas pour rien
• On a la chance d'avoir le choix (vas accoucher au Mali, tu verras)
• T'auras plus mal
• Tu peux dormir un peu avant de pousser de toutes tes forces (comme quand t'es constipée. Non je rigole. Pire)
• Ton mari te remerciera de ne pas lui lacérer les bras
• Tu seras un peu plus jolie et détendue si l'Homme a décidé de filmer (ou de te regarder)
• Tu n'es pas maso


CONTRE LA PÉRI:
• J'ai peur des piqûres (quoiqu'une piqûre comparée à une contraction, c'est du pipi de chat)
• Tu as l'impression d'être une super-maman si tu accouches "naturellement"

Tu te sens un peu comme lui

• On t'injecte pas de produits chimiques qui peuvent t'empêcher de bien pousser (ce qui, du coup, te déchire. Littéralement)


En bref, 7 pour, 3 contre. Et je me pose toujours la question bordel à cul nom d'une pipe!
On a qu'à dire qu'en attendant qu'elle arrive, ma décision sera: Je-vais-essayer-d'aller-le-plus-loin-possible-sans (tout en sachant que si ça devient VRAIMENT insupportable je peux la prendre) (mon indicateur sera la couleur de la main de l'Homme: blanche ou jaune, on continue sans, bleue, on la demande).


Laurie, Texas Ranger