mercredi 19 février 2014

La blessure

C'est arrivé hier soir. Je ne m'y attendais pas. L'Homme non plus.

On venait de passer une soirée tranquille, ce qui veut dire, quand tu es jeune parent, que tu as pu finir toute ton assiette (froide) en ne te levant QUE huit fois pour remettre la tétine. On avait même mis un film et on était lovés l'un contre l'autre sur le canapé. La crevette s'était endormie, tout était parfait.
Un bon repas, un dessert bien gras, de l'amour et du silence. La soirée de rêve.

Et pourtant, tout a basculé en un quart de seconde. On allait se coucher, on avait préparé les biberons pour la nuit, remis le berceau à sa place et programmé le chauffage dix minutes avant. J'étais en train de m'enfiler le dernier carré de chocolat en douce quand j'ai entendu ce gros boum, suivi d'un cri tonitruant. J'ai failli m'étouffer avec le Milka tant j'ai eu peur.
J'ai accouru dans la chambre et je l'ai vu là, le visage défiguré par la douleur. J'ai compris. J'ai eu peur, je le voyais avoir mal, il commençait à divaguer et à parler d'amputation. Je crois même avoir vu une petite larme nichée au coin de son œil. Je l'aime tellement, on a traversé des épreuves ensemble. Non, il ne peut pas m'abandonner.
Pas maintenant.
Pas comme ça.
Pas pour ça.



Ça a été un choc, mais on s'est relevés. On va se battre pour qu'il puisse guérir (mais pas maintenant parce qu'il y a une croûte et ça fait mal).


Laurie, (un peu) moqueuse