vendredi 7 mars 2014

Inconditionnel (Projet 52)

Je ne te le présente plus, c'est l'heure du projet 52.
Cette semaine, le thème c'est PATERNEL.

Comme tu le sais si tu as lu mon article ici, mon paternel à moi est plus un géniteur en fait. Et pour cet article, j'ai choisi de parler de quelque chose que je trouve beau, de la relation que l'Homme a avec notre crevette.
C'est quelque chose que je découvre avec lui, cet amour inconditionnel qu'un père peut aussi avoir.

On dit qu'une image vaut parfois mille mots (si on ne le dit pas, moi je l'invente), et cette photo me fait penser à tout l'amour et la bienveillance qu'il a pour elle.



Comme quelques mots sont parfois agréables à lire, je laisse le principal intéressé parler de ce que ce thème lui inspire (sans lui donner d'indications) (ou si peu).



La paternité ?!! 

J'ai toujours voulu avoir un enfant jeune (en tout cas, avant 30 ans). Au début, on se dit : wahou , je vais être papa, je vais mon avoir mon petit bout , je vais l'habiller swag (comme on dit) ,il va jouer en NBA (le rêve, moi qui adore le basket), sera chanteur de RnB internationalement reconnu ou, au pire, patron d'une entreprise du cac 40.

Retour à la réalité. Dans l'absolu, un garçon ça aurait été le top: je sais comment ça fonctionne (j'ai un zizi, il a un zizi) (je lui aurai appris a faire des ronds en faisant pipi ) et puis à l'adolescence ça aurait été plus facile. Alors qu'une fille ... aïe!!! Pour la coiffer, attention les dégâts, et pour l'habiller, j'en parle même pas (vive la mode made in papa) (appelez vite Cristina Cordula). 




Et c'est que le début. Viennent ensuite les règles, ça y est c'est une femme (enfin elle commence à se transformer en femme, parce qu'avoir ses règles à 12 ans ne fait pas d'une petite fille une femme) et le premier amoureux qui vient dormir à la maison (juste dormir, j'insiste). Les sorties en boîte de nuit avec les copines etc ... C'est pour ça que pour prévenir tous maux, mieux vaut s'équiper en fusil a pompe pour le petit copain qui viendra dormir trop souvent et du Lexomil pour papa dès que sa petite fille fera le mur pour sortir en boîte!.

Un bébé c'est pas comme une BMW, tu choisis pas la couleur, ni le moteur, ni l'intérieur en cuir avec siège chauffant , finitions sport... mais je m'égare.
Non, avec un bébé, on ne choisit pas. Déjà pour le sexe c'est 50/50 et tout est déjà joué: couleur de peau ,des yeux , cheveux, taille etc...

Et puis honnêtement, dès que j'ai appris que ma chère et tendre était enceinte, ce qui était niché dans son ventre était une chose abstraite pour moi, je n'en avais pas encore pleinement conscience. Vient la première écho, les choses sont un peu plus concrète mais c'est encore flou. Quatrième mois, le verdict tombe, c'est une fille. Je suis un peu déçu, mais très légèrement (mon petit ne jouera pas en NBA, mais je passe quand même commande: fusil à pompe + Lexomil) et puis ce sera ma petite princesse! 
Malgré ça je n'ai toujours pas pleinement conscience de ma paternité. D'ailleurs je crois que même quand ma chère m'a réveillé le 5 décenbre à 5h30 en me disant "chéri, je crois que j'ai perdu les eaux" je n'en ai toujours pas pris conscience. C'est peut être vers 18h30 quand j'ai entendu la sage-femme dire "je vois ses cheveux" que là, oui, un sursaut a commencé à se produire. Et puis à 18H33 la délivrance! Elle est enfin là ,on peut la voir , la toucher , la sentir, ce concept de bébé n'est plus un concept, c'est une réalité, un petit mélange de ma chère (ou ma chair) et moi, notre petit cadeau à vie!

Depuis c'est que du bonheur. Être papa, c'est vraiment un accomplissement dans la vie d'un homme. Les sourires de ma petite princesse sont une force pour moi (même si niveau sommeil c'est pas le top) (et oui, on a fabriqué une petite nerveuse qui n'aime pas trop dormir et qui grogne beaucoup). 


NB: Pour l'instant je me bats juste avec ses couches et ses bibis en attendant quelques années pour sortir le fusil et dégainer ma boîte de Lexomil.




Laurie, qui reprend la parole (pour corriger les fautes)