samedi 1 mars 2014

Mon chat-beauté

Il y a bientôt trois mois, on était en route pour la maternité. Trois mois, nom de dieu.
Quand je la regarde aujourd'hui, j'ai parfois l'impression que ce n'est pas le même bébé qu'à la maternité, celui que je ne connaissais pas encore. On m'a posé un petit être au creux de mon cou. Je pouvais enfin mettre un visage sur ce ventre que j'avais aimé pendant neuf mois. C'était magnifique et déroutant.

Quelques minutes avant d'entrer dans la salle

C'est dur de se dire qu'on ne connaît pas son bébé. On ne sait rien de ses habitudes ni de son caractère. On doit l'apprivoiser. Les débuts ont été difficiles. On a essayé des tas de méthodes différentes pour que les jours se passent au mieux. Et maintenant, trois mois après, j'ai enfin l'impression de connaître mon bébé par cœur. J'ai l'impression aussi d'avoir trouvé les bons gestes, les bons rituels et les bonnes méthodes. Ça fonctionne. Jusqu'au jour où le rythme est chamboulé et qu'on doit tout reprendre à zéro. Rien n'est jamais acquis, et il vaut mieux attendre avant de dire qu'on a réussi.


La péri, c'est du pipi de chat les filles, c'est ça le pire

Je ne sais pas si ce que je fais est ce qu'il faut faire, mais je sais que c'est ce qu'il y a de mieux pour mon bébé, car je le fais avec mon cœur. Mon cœur de maman.
J'ai eu la chance (ironie sors de ce corps) de rencontrer des gens-qui-savent. Ceux qui voient ton bébé pour la première fois mais qui savent comment il faut faire, alors que toi, tu tâtonnes toujours. Ceux qui ne peuvent pas s'empêcher de te donner des conseils pour faire mieux. Pour faire comme eux. 

Il y a encore des gens qui pensent qu'il y a une seule façon de faire avec les enfants. Les conseils, je les veux bien pour ce qui est de faire un soufflé qui ne retombe pas comme une paire de nibards de 1926, mais en ce qui concerne l'éducation de ma fille, je pense que je suis la mieux placée (enfin si c'est bien moi la mère) (j'ai un doute tout d'un coup).

Je pensais avoir eu droit au meilleur des réflexions cons pendant ma grossesse, mais je me rends compte qu'elles n'arrivaient même pas à la cheville (oui les réflexions ont des chevilles) de celles que j'entends maintenant. Voilà le petit top des gens-qui-savent et que les jeunes mamans (et papas) détestent entendre.


Tu ne devrais pas aller la voir chaque fois qu'elle pleure.

Il faut la laisser dans son lit et qu'elle s'endorme seule.

Vous vous en occupez trop, vous allez en faire une capricieuse (entendu alors que ma fille avait 15 jours)

T'as mauvaise mine.

Il ne faut pas la laisser dormir sur toi.

Tu lui fais trop de câlins.

Vous ne la faites pas encore garder? 

Elle va trop s'habituer à ton contact (après neuf mois dans mon ventre, n'est-elle pas déjà un peu habituée?)



En attendant, ma fille, elle a pas l'air si malheureuse que ça avec ma façon de faire.



Laurie, rebelle