samedi 22 mars 2014

Vis ma vie de Marseillaise

Si tu ne le sais pas, je te le dis, j'habite à Marseille.
Ce n'est pas vraiment un choix. Disons que c'est le compte en banque qui a décidé pour nous. Avant, on habitait à Aix en Provence (la ville que j'aime tellement que j'écris son nom avec un petit cœur sur le i) sauf que depuis qu'il nous a fallu une chambre en plus, on s'est confrontés au prix du soleil. Comme on n'avait pas trop envie de vendre nos organes pour payer le loyer à temps, on s'est expatriés à Marseille, dans l'hypercentre. Après avoir visité des tas de taudis d'appartements, on en a enfin trouvé un dans lequel on pouvait se projeter, on a signé le bail et le mois suivant on a emménagé.

Au départ, on y était bien, c'était nouveau, on prenait le métro, on pouvait se garer. Et puis petit à petit, on s'est laissé dégoûter de notre quartier pour au final généraliser et ne plus apprécier du tout cette ville.
Je crois que le pire, c'est quand on a annoncé à nos proches qu'on était installés là-bas (alors avec notre entrain de l'époque), les réactions étaient unanimes: "Han, ça va, ça se passe bien?".

Je te propose donc de vivre ma vie de Marseillaise, en (quelques) bons points et (nombreux) mauvais points.




Le point indéniable: les loyers sont moins chers, ce qui te permet d'avoir plus grand et plus beau pour moins cher. Tout est relatif, si tu viens du fin fond du Lubéron, ce sera hors de prix alors que pour un Parisien, c'est donné (sauf qu'ici, les salaires ne sont pas majorés).


Si tu as la chance de pouvoir bénéficier d'aides au logement, tu auras le malheur de devoir aller réclamer tes sous (ou le traitement de ton dossier, tout simplement) à la CAF. Cet endroit où tu as l'impression que même l'air est sale, où tu as peur d'attraper des morpions en t'asseyant, où tu te tiens le plus éloigné possible de ton voisin de chaise parce qu'il sent un mélange de transpiration et d'urine séchée (ça tient chaud), où tu peux regarder des enfants hurler et frapper leurs parents, qui restent sans réaction. Bref, ce lieu paisible et accueillant.


C'est une grande ville, donc on profite des nouveautés, des expos, des sorties. Le genre de truc super important, comme l'ouverture prochaine d'un Burger King.


Si tu viens en vacances, de jour, avec plein de touristes et des personnes avec toi, tu peux faire la star (talons-jupe-lunettes). Si par contre tu vas travailler seule, que tu rentres tard et que tu prends le métro, c'est préférable de passer inaperçue histoire de passer une soirée paisible. C'est une généralité mais je l'ai constaté plusieurs fois: mets des talons, tu attireras les cons.


On n'a pas besoin de partir en vacances: on y est toute l'année. On a chaud avant les autres, on ne met du chauffage qu'en décembre et on n'a qu'à prendre le bus pour aller à la plage. Si tu es chanceux, tu peux même avoir la vue mer.


Mes proches sont au courant des faits divers avant moi. Ce n'est pas rare qu'après un bulletin d'info sur M6, on m'appelle pour savoir si je suis toujours en vie. On en devient blasé et surpris de rien: ah oui, un type a été poignardé à 200 mètres de chez moi, j'avais oublié. Merde, une voiture brûlée bloque le passage. Oh non, je vais être en retard, un chauffeur de bus a été agressé.


Malgré tout ça, certains coins sont très beaux. Il y a certains endroits qu'on apprécie beaucoup et qui nous manqueront si on venait à déménager, notamment le Ouimum's, dont je t'ai parlé ici.
 Comme on ne se plait pas dans notre quartier, on ne veut pas chercher à connaître le reste de la ville (j'y ai travaillé assez longtemps pour avoir vu tous les quartiers, mais sans m'y promener). C'est dommage, je sais.
C'est pour ça que cette semaine, comme il faisait beau, on a décidé d'aller se promener et on a découvert un endroit très beau qu'on connaissait, mais de nom seulement: le Palais Longchamp. Pour te laisser sur une note positive, je te mets quelques photos.

L'entrée. En vrai il y a plein d'escaliers, mes muscles ont fait leur come-back


Ils ont pas oublié les attributs du monsieur


Après la montée des escaliers. J'ai dû contracter le périnée


Pas terrible dans un cadre comme ça





Laurie, Marseillaise