samedi 10 mai 2014

Flora l'exploratrice

Comme je vous le disais dernièrement, mon périnée endolori et moi-même avons dû nous faire admirer une nouvelle fois.
Je ne me fais pas pipi dessus quand j'éternue certes, mais j'ai toujours mal (merci aux points trop serrés).

J'ai donc (enfin) pris rendez-vous chez une sage-femme, apparemment plus calée (sans mauvais jeu de mot s'il vous plait) dans le domaine.
Pour m'y rendre, je dois traverser mon quartier par ses petites ruelles et sa population aussi agréable que polie. Je m'y suis fait siffler à plusieurs reprises, je ne me savais pas "trop bonne" en jean/converse, faut croire que je me sous estime. Je me suis vue attribuer le doux surnom de "pétasse" finalement, vu que je n'avais pas répondu aux sifflements attendrissants.

Quand je suis arrivée devant le cabinet, j'ai un peu hésité. Je me suis dit "ne fais pas ta bourgeoise, la façade est vilaine, il y a des crachats sur les vitres et un chewing-gum sur la poignée, mais l'intérieur est sûrement bien mieux. C'est un centre médical quand même, et je vais y poser ma culotte".
J'ai eu tort.
L'intérieur était peut-être pire. J'hésite entre le placard à balai et la cave aménagée. Pour vous faire une idée plus précise, la blogueuse qui sommeille en moi a pris une petite photo (l'avantage de l'image, c'est que vous n'avez pas l'odeur d'eau de Javel avec).


Après avoir attendu la demie-heure obligatoire de retard, j'ai été reçue par la sage-femme.
Elle s'appelle Marie, mais pour des raisons de confidentialité, nous l'appellerons Flora.

Donc, Flora et moi avons fait connaissance pendant 30 minutes. Je lui ai parlé de mon épisio, de l'hématome, de mon retour de couches et du contenu de mes intestins.
Elle m'a dit de mettre un annuaire sous mes pieds aux toilettes, et de lui faire une liste de ce que je mange sur 24 heures, pour la fois d'après.

Le prochain rendez-vous était une semaine plus tard. J'ai repoussé au maximum le moment de faire la liste, mais la veille, je n'avais plus le choix.

- 1 verre de jus d'orange
- Gâteaux + jus d'orange
- 2 barres de chocolat + 1 canette de Coca
- Quiche lorraine + Magnum + Ice tea
- Gâteaux + chocolat + eau et sirop
- Tarte aux légumes et soupe maison, crème brûlée

La tarte aux légumes, c'est pas vrai. Je l'ai mangée la veille mais vu que le soir de la liste, on s'était fait un mac do, je me suis dit que ça allait lui faire trop. J'avais pas envie qu'elle ait une attaque.

J'ai eu raison.


Le jour de la première exploration était venu. J'ai voulu détendre l'atmosphère en faisant quelques blagues mais elle ne les a pas comprises. J'avais pris soin de m'enfermer dans la salle de bain juste avant de partir, histoire de ressembler à un joli petit iroquois, mais j'ai tout raté. Je suis une artiste contemporaine.

Elle m'a dit de lui donner ma liste.
A chaque nouvelle ligne, je la voyais pâlir (et regarder mon ventre). A la fin, elle m'a dit "vous en pensez quoi?". J'ai dit que c'était n'importe quoi. Elle a confirmé et ajouté que c'était trop sucré et que tout se joue au moment des courses. Que je dois boire de l'eau et manger du quinoa. J'ai dit tout bas que c'était dégueulasse. Elle a entendu.

Je me suis installée sur la table. Comme le confort est très sommaire, je baisse ma culotte devant elle, qui fait mine de trier ses papiers pour que je ne sois pas gênée (elle a dû apercevoir ma coupe ratée).


Quand elle a mis ses doigts, ça m'a rappelé d'anciens souvenirs. Pas ceux de la veille, non, mais ceux de mon accouchement. Je me suis souvenue des dizaines de mains qui m'ont explorée. L'avantage, c'est que la pudeur, elle est loin maintenant.

La première fois qu'elle a dit "imaginez un pont-levis", j'ai cru que ma liste lui avait tellement fait peur qu'elle avait perdu la raison. Mais elle a répété. Je devais faire remonter le pont-levis pour fermer le château.
Soit, je suis un château.
Apparemment, je fais ça bien (qu'est-ce que je fous là?). Après 5 mouvements exécutés dans un silence remarquable, je dois fermer "les portes coulissantes". Je savais pas que j'avais tout ça là-dedans.
Je les ferme (et je la ferme) en me demandant ce qu'il va falloir que je ferme ensuite.
Rien du tout.
Maintenant que je suis tonique et que mon périnée est coopérant, je dois "faire d'un anneau une bille et l'avaler dans la grotte".

J'ai réussi.

Fière de mon fondement, j'ai remis ma culotte en prenant le prochain rendez-vous. Je me demande bien ce qu'on va faire la prochaine fois. Le manège à faire tourner? L'escalator à dérouler?
Avant de partir, elle m'a donné le nom d'une crème pour me détendre la cicatrice. Elle m'a même proposé de me masser.

En fait, la rééducation, c'est mieux que Body Minute.



Laurie, tonique du slip